Lettres
Cross

Au P. Général 1907

Dans son compte-rendu annuel au P. Général à Rome, P. Léonard donne des informations sur les examens à l’école de Mardine, dont il est le directeur, ainsi que les festivités qui suivirent la remise du carnet de fin d’année. Il signale aussi l’apparition d’une comète avec sa longue queue.

Mardine , 7 août 1907

Revme P. Général

Voilà presqu’un an d’écoulé que je suis en mission ; naturellement, les difficultés n’ont pas manqué comme elles ne manquent point à tout missionnaire ; mais grâce à Dieu, j’ai pu les surmonter. Mes occupations sont les mêmes, c’est-à-dire je m’occupe de l’école, des Tertiaires  1  et de la Garde d’Honneur.  2  J’ai aussi prêché à l’église tous les dimanches de mai.

Le 29-31 juillet et le 1er août, ont eu lieu les examens de notre école. Le 4 août, nous avons lu les notes des enfants, et nous avons distribué un bulletin du trimestre passé dans lequel sont mentionnées les notes des enfants. Après tout cela, eut lieu une petite représentation. Douze enfants ont récité des discours, louant la lumière, le télégraphe, le chemin de fer, la médecine, la chirurgie, le progrès… La cour de notre église fut magnifiquement ornée et là les examens eurent lieu en public. Dominant le tout, un beau portrait du glorieux Pie X fut exposé avec les écussons apostoliques.

Étaient invités les évêques arménien, chaldéen et deux évêques syriens, les prêtres, les notables, en même temps avec les parents de nos nombreux élèves. Est accourue aussi une extraordinaire multitude de chrétiens et de musulmans. Grâce à Dieu, les examens ont bien réussi et furent un coup solennel pour les protestants et les jacobites, parce qu’ils se figuraient qu’à Mardine , il n’y avait point d’école à part les leurs. Les protestants, comme aussi les Jacobites, craignent de faire les examens de leurs écoles en public. Mais seulement 4 ou 5 enfants récitent des discours copiés dans les livres et appris par cœur, et chantent un peu. Voilà en quoi consistent les examens de leur haute et évangélique école.

Comme je l’ai dit, ils furent très mortifiés, car ils ne se figuraient jamais que nous aurions l’audace de faire nos examens en public. Quelques catholiques, qui avaient des enfants chez les protestants et les Jacobites ont fait venir leurs enfants chez nous. De plus, quelques jacobites même ont fait venir leurs fils chez nous.

Après la fête de l’ assomption nous ferons une comédie. À Pâques, j’ai fait faire un uniforme à nos enfants. Ils le portent actuellement pour les dimanches et jours de fête seulement. Cela aussi fut un coup pour les protestants et les Jacobites.

C’est vraiment une chose belle et unique en cette partie de la Mésopotamie de voir tant d’enfants vêtus d’un bel uniforme, assister à toutes les fonctions religieuses dans notre église, s’approcher tous ensemble de la table des anges lors de toutes les fêtes.

Veuillez, Revme Père, bénir cette nombreuse jeunesse, pour qu’ils soient toujours forts contre nos implacables ennemis.

Enfin, demandant votre sainte bénédiction, je me déclare,

de Votre Paternité Reverendissime

le plus dévoué et le plus humble des fils

Fr. Léonard de Baabdath

Miss. apos . cap .

P.S. En ces jours est apparue une comète ; elle ne fut visible que vers les trois heures après minuit et resta jusqu’au matin ; elle est bien visible, spécialement sa longue queue, qui semble composée de longs rayons lumineux.

1  Les Tertiaires sont les membres laïcs du Tiers Ordre franciscain ou l’Ordre Séculier Franciscain, le premier Ordre étant celui des religieux franciscains (Franciscains, Capucins, Conventuels), le deuxième Ordre étant celui des religieuses Clarisses.

2  Fraternité de fidèles pour la vénération du Sacré Cœur de Jésus, une heure par jour, à tour de rôle. 



MANUSCRIT

Share:
Facebook
Twitter
Print
Go To Top
Go to top
Chapitre précédent

Au P. Général 1906

Au P. Général 1906

Previous Chapter
CHAPITRE SUIVANT

Au P. Provincial 1909

Au P. Provincial 1909

Next Chapter
Go To Top
Retour à l'action précédente
...et, une fois de plus, la bure franciscaine fut teinte du sang des martyrs...
LeonardMelki
© Farés Melki 2013